Pour en finir avec les idées reçues sur les IUT !

    Depuis plus de 50 ans, les Instituts Universitaires de Technologie (IUT) proposent avec le Diplôme Universitaire de Technologie (DUT) une formation en deux ans, à la fois universitaire et professionnalisante, et qui trouve un accueil très favorable auprès des employeurs.

Pourtant, plusieurs idées reçues sur les IUT circulent... Aurélien Lamy, Maître de conférences en Sciences de gestion, Université de Caen Normandie, a analysé cela dans un article de The Conversation ( un autre de nos chouchoux avec "Et tout le monde s'en fout") publication à laquelle on peut gratuitement s'abonner...https://theconversation.com/iut-depasser-les-idees-recues-87143

Première idée reçue : les IUT sont devenues des voies de contournement des premières années de licence générale et des Classes Préparatoires au Grandes Écoles (CPGE) car 85 % des diplômés poursuivent leurs études après l’obtention de leur DUT ... Attention, nous dit Aurélien, à ne pas conclure trop vite !

En effet, les poursuites d’études ne résultent pas toujours d’une volonté affirmée dès l’entrée en DUT. Pour un certain nombre d’étudiants, l’ambition de poursuivre leurs études naît et grandit pendant leur formation en DUT. La réussite au diplôme, le regain de confiance en eux qui en résulte et le travail de formalisation de leur projet professionnel les amènent alors à vouloir poursuivre leurs études.

De plus, le déterminant principal du choix de poursuire des études dépasse largement le cadre des IUT. Une majorité de diplômés de DUT choisit ainsi de poursuivre ses études :

- parce qu’elle est consciente des réalités du marché du travail et que toutes les enquêtes montrent que les études longues reste une arme contre le chômage ;

- parce que depuis les années 2 000, le DUT en 120 ECTS ( crédits dans les Universités) est en décalage avec la norme internationale du premier grade universitaire en 180 ECTS ;

- parce que les établissements d’enseignement supérieur ouvrent largement leurs portes aux diplômés de DUT ;

- et enfin parce que les employeurs apprécient les diplômés de DUT et les encouragent à poursuivre leurs études en leur proposant de les accueillir en stage ou en alternance pendant leur cursus ultérieur.

Pourtant, en dépit des nombreuses raisons qui les incitent à poursuivre leurs études, 15 % des étudiants s’arrêtent après l’obtention de leur diplôme. L’insertion professionnelle au sortir du DUT reste ainsi une option bien réelle pour un certain nombre d’étudiants.

 

Deuxième idée reçue, les IUT privilégient l’accueil des bacheliers généraux au détriment de celui des bacheliers technologiques. Là aussi Aurélien tempère...

Les IUT accueillent aujourd’hui près de 30 % de bacheliers technologiques en première année. De plus, ils assurent largement leur réussite puisque environ 67% d'entre eux obtient son DUT en 2 ou 3 ans,  à rapprocher des 16 % de bacheliers technologiques seulement qui valident leur licence générale, mais aussi des 77 % qui obtiennent leur BTS, formation plus professionnelle et moins exigeante sur le plan académique. 

Les bacheliers technologiques sont portant moins bien préparé pour les études supérieures que les bacheliers généraux, comme en attestent particulièrement leurs moins bons taux de réussite dans les filières de l’enseignement supérieur. L’articulation entre le lycée et l’enseignement supérieur n’est aujourd’hui pas favorable à la poursuite en DUT des bacheliers technologiques, en dépit des efforts déployés de part et d’autre :

- parce que les contenus des enseignements de la voie technologique au lycée sont conçus sans véritable concertation avec les IUT et donc sans prise en compte des attendus pour réussir en DUT ;

- et parce que les bacheliers technologiques privilégient encore souvent la proximité et une certaine sécurité en poursuivant leurs études au sein d’un BTS proposé par leur lycée.

  • Dernière idée reçue: les IUT sont mal gérés et trop coûteux: le coût d'une année en IUT est 10 000 €, contre 8500 en licence générale et 15 700 € en classes prépas.

  • Selon Aurélien, les chiffres sont à relativiser car compte tenu de l’écart important entre les taux de réussite des deux filières, il est au final dépensé moins d’argent par année de DUT validée que par année de licence générale validée et car le volume horaire annuel d’enseignement est plus important en IUT. Travail par petit groupe et  accompagnement plus marqué des étudiants, sont des aspects essentiels du modèle de formation des IUT. Selon lui, le modèle d'enseignement est plus proche de celui des prépas.

  • Bon ben vous savez tout... 

  •  

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau